Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 17:48

MARC AURÈLE, LA PHILOSOPHIE COMME GUIDE

φ

Un philosophe stimulateur de la pensée

 

Marc Aurèle (121-180 ap. JC)

 

A toute douleur, aie cette pensée à ta portée : cela n'est pas honteux, cela ne lèse point l'intelligence qui te gouverne, car celle-ci, ni en tant que raisonnable, ni en tant que sociable, ne saurait être corrompue par la douleur. Dans les grandes douleurs toutefois, aie recours à cette maxime d'Epicure : « La douleur n'est ni intolérable ni éternelle, si tu te souviens de ses limites et si tu n'y ajoutes rien par l'opinion que tu t'en fais. » Rappelle-toi encore ceci : qu'il y a bien des choses qui t'insupportent et qui, sans le paraître, sont de véritables douleurs, comme la somnolence, l'extrême chaleur, le manque d'appétit. Si donc un de ces maux te chagrine, dis-toi que tu cèdes à la douleur.

Passe à travers la vie sans violence, l’âme pleine de joie, même si tous les hommes poussent contre toi les clameurs qu’ils voudront, même si les fauves déchirent les morceaux de cette pâte que tu épaissis autour de toi. Car, dans tous ces cas, qui donc empêche ta pensée de conserver sa sérénité, de porter un jugement vrai sur ce qui passe autour de toi et d’être prête à tirer parti de ce qui vient à ta rencontre ? Que ton âme donc, en tant qu’elle peut juger, dise à ce qui survient : « Tu es cela par essence, quoique l’opinion te fasse paraître autre. » Mais qu’elle ajoute, en tant qu’elle peut tirer parti de ce qui lui survient : « J’allais à ta rencontre, puisque le présent m’est toujours matière à vertu raisonnable et sociale et, en un mot, matière à faire œuvre humaine ou divine. » Tout ce qui arrive, en effet, se rend familier à Dieu ou à l’homme ; rien n’est nouveau ni difficile à manier, mais tout est commun et facile à façonner.

Tu ne peux plus lire ! Mais tu peux repousser toute démesure ; tu peux dominer les plaisirs et les peines ; tu peux être au-dessus de la vaine gloire ; tu peux ne point t’irriter contre les grossiers et les ingrats ; tu peux, en outre, leur témoigner de la sollicitude.

 

Souviens-toi que, de la même manière qu’il est honteux d’être surpris qu’un figuier porte des figues, il l’est, de même, de s’étonner que le monde porte tels ou tels fruits qu’il est dans sa nature de produire. De même aussi, pour un médecin et un pilote, il est honteux d’être surpris qu’un malade ait la fièvre, ou que souffle un vent contraire.

Quelle âme que celle qui est prête, à l’instant même s’il le faut, à se délier du corps, que ce soit pour s’éteindre, se disperser ou survivre ! Mais le fait d’être prêt doit provenir d’un jugement propre et non, comme chez les chrétiens, d’une pure obstination. Qu’il soit raisonné, grave, et, si tu veux qu’on te croie, sans pose tragique.

Ai-je fait acte utile à la communauté ? Je me suis donc rendu service. Aie toujours et en toute occasion cette maxime à ta portée, et ne t’en dépossède jamais.

Quel est ton métier ? D'être homme de bien. Et comment y réussir à propos, sinon à l'aide de ces spéculations, dont les unes s'occupent de la nature du monde universel et les autres de la constitution particulière de l'homme ?

Avec quelle évidence tu arrives à penser qu'il ne saurait y avoir dans ta vie une situation aussi favorable à la philosophie, que celle dans laquelle présentement tu te trouves !

 

Un rameau ne peut pas être coupé d'un rameau contigu sans être aussi coupé de l'arbre tout entier. De même, l'homme séparé d'un seul homme est aussi détaché de la communauté tout entière. Néanmoins, si le rameau est détaché par quelqu'un, c'est l'homme lui-même qui se sépare lui-même de son prochain, en le prenant en haine et en aversion, tout en ignorant qu'il s'est en même temps retranché lui-même de la collectivité tout entière. Toutefois, il a reçu de Zeus, l'organisateur de cette communauté, ce privilège, c'est qu'il nous est permis de nous rattacher de nouveau à notre voisin, et de redevenir à nouveau une des parties qui constituent l'ensemble. Si pourtant cette séparation plusieurs fois se répète, l'union, pour ce qui s'en détache, est plus malaisée à refaire et plus difficile à rétablir. Somme toute, le rameau qui a toujours crû avec l'arbre et continué de respirer avec lui, n'est pas comparable à celui qui, après en avoir été séparé, y a été de nouveau greffé, quoi que disent les jardiniers. Il faut donc croître sur le même tronc, mais non pas en conformité d'opinion.

Tout comme ceux qui te font obstacle sur le chemin où tu marches selon la droite raison ne sauraient te détourner de sainement agir, qu'ils ne puissent, de même, te détourner d'être envers eux bienveillant ! Mais tiens-toi sur tes gardes pour observer également ces deux choses : non seulement un jugement et une conduite inébranlables, mais aussi une inébranlable douceur envers ceux qui tenteraient de te faire obstacle ou de te causer d'autres ennuis. Ce serait faiblesse que de t'indigner contre eux, tout comme de renoncer à l'action et de céder à la crainte. Tous deux sont également déserteurs, et celui qui tremble et celui qui se rend étranger à ceux dont la nature fit nos parents et nos amis.

Aucune nature n'est inférieure à l'art, car les arts ne sont que des imitations des diverses natures. S'il en est ainsi, la nature qui est la plus parfaite de toutes les autres natures et qui les comprend toutes, ne saurait être dépassée en ingéniosité artistique. Or, tous les arts font l'inférieur en vue du supérieur. Ainsi donc fait de même, elle aussi, la commune nature. Et voilà par suite comment naît la justice : c'est d'elle que procèdent toutes les autres vertus. Nous ne pourrons, en effet, observer la justice, si nous nous inquiétons des choses indifférentes, et si nous nous laissons facilement aller à l'erreur, à la témérité, à la versatilité.

 

Si les objets, dont la poursuite ou la fuite te troublent, ne viennent point te trouver, mais si c'est toi qui vas en quelque sorte au-devant d'eux, porte donc sur eux un jugement tranquille; ils resteront immobiles, et l'on ne te verra plus ni les poursuivre ni les fuir.

La sphère de l'âme reste semblable à elle-même lorsque, sans s'étendre au-dehors ni se concentrer au-dedans, sans s'éparpiller ni se contracter, elle s'éclaire d'une lumière qui lui fait voir la vérité, celle de toutes choses et celle qui est en elle.

Un tel me méprisera ? Ce sera son affaire. La mienne, c'est que je ne sois jamais pris à faire ou à dire quelque chose qui soit digne de mépris. — Un tel va me haïr ? Ce sera son affaire. Mais la mienne sera de me montrer bienveillant et doux à l'égard de tous, et tout disposé à le détromper lui-même, sans insolence, sans insister sur ma modération, mais sans déguisement, simplement, comme le faisait ce fameux Phocion, si tant est que son calme ne fût pas simulé. C'est du fond du cœur que doivent partir de tels sentiments, et qu'il faut offrir aux regards des Dieux un homme porté à ne s'indigner de rien, ni à se plaindre de rien. Quel mal, en effet, te surviendrait-il, si tu fais maintenant ce qui est conforme à ta propre nature, et si tu acceptes ce qui est de saison dans l'ordonnance présente de la nature universelle, toi qui as été mis à ton poste d'homme pour être utile, par cela même, à l'intérêt commun ?

Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même.

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 08:34

 

L’ÉGLISE ET L’ESCLAVAGE : UN BIEN OU UN MAL ?

 

 

Une lente évolution au cours des siècles, du moyen âge au 19e siècle

Un système hérité

– Qu’en pense l’Église ?

– Que dit l’Église ?

– Que fait l’Église ?

 

Ces questions sont posées et entendues tout au long des siècles, du moyen âge au 19e siècle. En s’affirmant, l’Église catholique découvre l’institution esclavagiste en tant que système social et économique hérité du monde gréco-romain. Elle ne cherche pas à élaborer une doctrine propre qui définisse sa position.

De plus, l’Église s’aligne naturellement sur les écrits des Pères qui vont servir de guide aux chrétiens, principalement les enseignements de Saint-Augustin, à partir du 5e siècle.

Pour Saint-Augustin, l’esclavage est la « sanction des péchés des hommes ». Pour lui, en effet « La cause première de l’esclavage est le péché qui a soumis l’homme au joug de l’homme, et cela n’a pas été fait sans la volonté de Dieu qui ignore l’iniquité et a su répartir les peines comme salaire des coupables ». (Citation tirée de la « Cité de Dieu » de Saint-Augustin).

Les papes suivent la voie

Plusieurs papes se sont illustrés dans la défense de la pratique esclavagiste, particulièrement la traite des Noirs.

Ainsi, en 1442, le pape Eugène IV approuva les expéditions du prince Henri (du Portugal) en Afrique (par la bulle Illius  qui).

De même, dans les années 1450, les papes Nicolas V et Calixte III exprimèrent leur vivre approbation de la traite atlantique par trois autre bulles. Nicolas V notamment légalise la traite en 1454. Des religieux ont possédé des esclaves noirs. Certains, parmi eux, ont participé à la traite.

Des voix discordantes

Il y eut cependant des ecclésiastiques rebelles au sein de l’Église, des protestataires, parfois véhéments, qui se firent entendre et manifestèrent parfois bruyamment leur désapprobation de la ligne suive par plusieurs papes. Parmi les protestataires les plus virulents par leurs écrits et leurs prêches, le dominicain espagnol Thomas de Mercado, le jésuite Frei Miguel Garcia. Ce dernier protesta vivement, horrifié de « découvrir que son ordre possédait des Africains, à ses yeux illégalement asservis ».

Si ces voix et critiques, fortes, mais isolées, rencontrèrent peu d’écho, elles permirent néanmoins une réflexion au plus haut niveau de l’Église. En réalité, cette réflexion a débuté bien avant le 15e siècle, en deux étapes essentiellement : avant le 15e siècle et à partir de la fin du 15e siècle avec le début de la traite atlantique.

La première étape concerne l’esclavage en général, et l’esclavage des chrétiens en particulier, sous forme d’un appel à la conscience des propriétaires d’esclaves. Les papes affirment que « les esclaves chrétiens et leurs maîtres sont également les enfants du même Dieu ».

Et, en 1537, le pape Paul III met pour la première fois « sur le même plan, les droits fondamentaux des chrétiens et ceux des peuples non-chrétiens ».

Ces affirmations s’accompagnent parfois d’actions concrètes pour libérer des esclaves chrétiens ou pour réduire leurs souffrances, où qu’ils se trouvent dans le monde.

Il est à noter cependant qu’au 15e siècle (octobre 1462), au tout début de la traite atlantique, le pape Pie II, dans sa lettre « Rubicensens » à l’évêque de la Guinée portugaise, condamna la traite des Noirs avec énergie. Mais, cette énergique condamnation resta sans effet.

Esclaves et esclaves ?

Si l’Église n’a jamais été indifférente au sort des esclaves chrétiens, par contre elle semble avoir toujours eu du mal à se définir par rapport à l’esclavage des Noirs en général et la traite atlantique en particulier : la deuxième étape.

La question du baptême justifie-t-elle cette hésitation ?

En effet, des papes semblent avoir appuyé leur approbation de la traite des Noirs sur cet argument, longtemps utilisé par les marchands et les planteurs européens des îles, selon lequel ce commerce avait pour but et avantage la conversion des Noirs à la religion catholique, seul moyen de sauver leur âme., et de les soustraire à la barbarie de leurs congénères sur le continent ; en somme,l’heureuse occasion de sauver leur tête et leur âme.

Des rois, furent séduits par cet argument, comme Louis XIII qui autorisa la traite des Noirs en 1642, après avoir longtemps refusé d’engager la France dans ce commerce, et en interdisant l’entrée d’esclaves sur le sol de France (à condition qu’il soit immédiatement libéré).Autre avantage pour le royaume,les planteurs français des îles disposeront d'une main -d'oeuvre servile régulière, condition de leur prospérité à terme; ce qui est bon pour l'économie du pays.

Là aussi, des serviteurs de l’Église protestèrent, tel le dominicain Fray Alonso de Montutar, archevêque de Mexico, qui s’employa à démontrer l’absurdité de cet argument  d’évangéliser les Noirs transportés en Amérique par un contre-argument de poids, adressé au roi d’Espagne en 1560.

Il faisait ainsi remarquer au roi « qu’il serait plus logique d’aller prêcher les Saintes Évangiles en Afrique, plutôt que de justifier la traite par le souci de la conversion des Noirs en Amérique ».

Enfin, au sein même de la papauté, il y eut quelques « dissidences » au sujet de la traite et de l’esclavage des Noirs. Ainsi, le pape Urbain VIII, dans une lettre au nonce du Portugal, en 1639, condamna fermement l’esclavage et menaça d’excommunier ceux qui le pratiquaient.

Un siècle plus tard, en 1741, le pape Benoît XIV lui emboîte le pas en interdisant à son tour l’esclavage et la traite.

 

 

XIXe siècle : l’Église acteur déterminant de l’abolition de l’esclavage

C’est à partir du Congrès de Vienne en 1815 (où les puissances européennes condamnèrent la traite et préconisèrent son abolition), que concrètement et de façon irréversible, l’Église et les papes s’engagèrent dans une « croisade » contre l’esclavage et la traite des Noirs. Mais, c’est surtout en 1839 que le pape Grégoire XVI condamna officiellement et énergiquement le commerce et le transport d’esclaves africains.

Pendant tout le 19e siècle, l’élan missionnaire né en Europe, axa son action sur l’Afrique prioritairement, à la fois pour participer à cette lutte contre la traite, mais aussi contre l’esclavage traditionnel pratiqué sur ce continent. Ainsi, par un curieux retournement, les Écritures saintes qui furent utilisées pour justifier ou tolérer l’esclavage, furent également invoquées pour combattre ce triste fléau humain.

 

 

Noé et ses fils ; La malédiction de Cham

 

 

Ancien Testament : la Genèse (IX, 20-27)

      La malédiction de Cham justifie-t-elle l’esclavage des Noirs ?

      Les propos d’un spécialiste de la question

« Noé, explique la Genèse (IX, 20-27), homme de sol, commença à planter une vigne. Il but du vin, s'enivra et se dénuda au milieu de sa tente. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père et en fit part à ses deux frères au-dehors. Sem et Japhet prirent un manteau et le mirent, à eux deux, sur leur épaule, puis marchèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père. Leur visage étant tourné en arrière, ils ne virent pas la nudité de leur père. Noé s'éveilla de son vin et apprit ce que lui avait fait son plus jeune fils. Il dit :: "Maudit soit Canaan ! Il sera pour ses frères l'esclave des esclaves !" Puis il dit : "Béni soit Iahvé, le Dieu de Sem, et que Canaan lui soit esclave ! Qu'Elohim dilate Japhet et qu'il habite dans les tentes de Sem ! Que Canaan leur soit esclave !" »

Jusqu'au XIe siècle, cette histoire, qui avait conservé un caractère très abstrait, n'avait jamais été vraiment associée à une quelconque couleur ou race. Il faut préciser également qu'avant le véritable essor de la traite les représentations de l'Afrique et des Africains en Europe n'étaient pas encore péjoratives.

Les Rois mages noirs, dans les scènes de la nativité, étaient alors représentés de manière neutre. En Europe du Nord, les statues et peintures figurant saint Maurice, le martyr thébain qui, vers le milieu du XIIIe siècle, était devenu un saint germanique présidant à la christianisation des Slaves et des Magyars, le montraient avec des traits négroïdes.

Les musulmans furent les premiers à recourir à la « malédiction de Cham » pour justifier l'esclavage des populations noires. Ils furent suivis par les commentateurs européens.

Dans l'histoire originelle, on l'a vu, la faute retombait plutôt sur Canaan : les Cananéens, en effet, étaient les esclaves des Israélites.

Mais, finalement, dans la Genèse, c'était Cham qui avait fauté... Faire des Noirs les descendants de Cham permettait donc de s'appuyer sur les textes sacrés pour légitimer leur asservissement.

Ce furent ensuite des créoles d'origine espagnole (Buenaventura de Salinas y Cordova et Léon Pinelo) qui, afin de légitimer la traite atlantique, cherchèrent au XVIIe siècle à s'en servir.»

0. P.-G

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans HISTOIRE
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 08:48

ARISTOTE : QUI DOIT GOUVERNER ? L’ARISTOCRATE OU LE MILLIARDAIRE ?

 

Le gouvernement le plus souhaitable est celui de la classe moyenne

 

Aristote (384-322 av JC)

Ni trop, ni trop peu

      La voie de la mesure et de l’équilibre

Dans tous les États il y a trois groupes de citoyens : les gens très riches, les gens très pauvres et ceux qui ont une place moyenne. La mesure et le juste milieu étant reconnus comme étant le mieux, il est évident que la possession modérée des biens de la fortune est la meilleure des possessions. Elle rend possible l'obéissance à la raison, alors qu'un excès de beauté, de force, de noblesse d'origine ou de richesse ou que l'excès contraire de pauvreté, de faiblesse ou de déshonneur rendent difficile la docilité à la raison. Car les uns accentuent leur violence et leur malfaisance, les autres leur perversité et leur malignité, et les méfaits se produisent par démesure pour les uns, par malignité pour les autres.

 

La classe moyenne, élément de modération et de stabilité

De plus les gens de condition moyenne sont les derniers à fuir ou à rechercher les fonctions publiques, ces deux choses nuisant aux cités. De plus ceux qui ont en excès les biens de la fortune, force, richesse, amis et autres choses analogues ne veulent ni ne savent obéir (aspect inculqué dès le début à la maison alors qu'ils étaient enfant : la richesse les rendant rebelles à l'obéissance même à l'école) tandis que ceux qui en sont dépourvus à l'excès sont trop humbles. Aussi les uns, incapables de commander, sont ils bons à jouer les esclaves, les autres, incapables d'obéir, sont-ils bons à jouer les maîtres. Ainsi est créée une ville d'esclaves et de maîtres, mais non d'hommes libres, les uns pleins d'envie, les autres de mépris. Ce qui est le plus éloigné de l'amitié et de la communauté, puisque même en voyage les hommes ne veulent avoir rien en commun avec leurs ennemis. Or l'idéal d'une cité serait d'être composée le plus possible de personnes égales et semblables, ce qui se produit surtout dans la classe moyenne.

 

 

Une des conditions de la bonne gouvernance ?

Aussi est-elle nécessairement la mieux gouvernée, la cité qui comporte les éléments dont, comme nous le disons, une cité est par nature constituée. Ce sont aussi ces citoyens qui dans les cités sont le plus en sécurité, car ils ne convoitent pas comme les pauvres le bien d'autrui, et les autres ne convoitent pas leur bien comme les pauvres convoitent celui des riches ; et du fait qu'ils ne sont ni les auteurs ni les victimes d'un complot, ils vivent à l'abri du danger. C'est pourquoi Phocylide avait raison de faire cette prière :

« Des meilleures choses se trouvant souvent au milieu, je veux être au milieu dans la cité ».

Il est clair par conséquent que la meilleure communauté politique est celle qui est aux mains de la classe moyenne, et que la possibilité d'un bon gouvernement appartient à ces sortes de cités où la classe moyenne est nombreuse et surtout plus forte que les deux autres ou tout au moins que l'une des deux, car en s'ajoutant elle fait la décision et empêche la formation des extrêmes opposés.

 

Ni oligarchie, ni ploutocratie

C'est pourquoi le plus grand bonheur est que ceux qui font de la politique possèdent une fortune moyenne et suffisante, puisque là où les uns possèdent une fort grande fortune, les autres rien, se développe une démocratie extrême ou une oligarchie illimitée ou une tyrannie à cause de ces deux extrêmes, car la tyrannie naît de la démocratie et de l'oligarchie les plus hardies, mais beaucoup plus rarement des régimes moyens et assimilés. La cause, nous en parlerons plus tard à propos des révolutions politiques. Mais que la constitution moyenne soit la meilleure, c'est évident, seule en effet elle est dépourvue des factions, puisque là où la classe moyenne est nombreuse, là aussi les divisions et les dissensions entre les citoyens sont les moins marquées. Dans les grands États, les factions sont plus rares pour la même raison : l'importance de la classe moyenne, tandis que dans les petits États il est facile de diviser tous les citoyens en deux partis, si bien qu'il ne reste rien au milieu et que presque tous les citoyens sont riches ou pauvres.

Aristote, Politique.

 

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans POLITIQUE
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 07:41

LA ROCHEFOUCAULD : ADAPTER SON AIR ET SES MANIÈRES À SA PENSÉE

 

 

Savoir être soi en toutes circonstances

 

François VI, duc de la Rochefoucauld (1613-1680)

Écrivain, moraliste et mémorialiste français

 

 

Il y a un air qui convient à la figure et aux talents de chaque personne ; on perd toujours quand on le quitte pour en prendre un autre. Il faut essayer de connaître celui qui nous est naturel, n'en point sortir, et le perfectionner autant qu'il nous est possible.

Ce qui fait que la plupart des petits enfants plaisent, c'est qu'ils sont encore renfermés dans cet air et dans ces manières que la nature leur a donnés, et qu'ils n'en connaissent point d'autres. Ils les changent et les corrompent quand ils sortent de l'enfance : ils croient qu'il faut imiter ce qu'ils voient faire aux autres, et ils ne le peuvent parfaitement imiter ; il y a toujours quelque chose de faux et d'incertain dans cette imitation. Ils n'ont rien de fixe dans leur manières ni dans leurs sentiments ; au lieu d'être en effet ce qu'ils veulent paraître, ils cherchent à paraître ce qu'ils ne sont pas.

 

 

Savoir être soi malgré tout

Chacun veut être un autre, et n'être plus ce qu'il est : ils cherchent une contenance hors d'eux-mêmes, et un autre esprit que le leur ; ils prennent des tons et des manières au hasard ; ils en font l'expérience sur eux, sans considérer que ce qui convient à quelques-uns ne convient pas à tout le monde, qu'il n'y a point de règle générale pour les tons et pour les manières, et qu'il n'y a point de bonnes copies. Deux hommes néanmoins peuvent avoir du rapport en plusieurs choses sans être copie l'un de l'autre, si chacun suit son naturel ; mais personne presque ne le suit entièrement. On aime à imiter ; on imite souvent, même sans s'en apercevoir, et on néglige ses propres biens pour des biens étrangers, qui d'ordinaire ne nous conviennent pas.

 

 

La liberté d’être soi et de marcher naturellement à son pas

Je ne prétends pas, par ce que je dis, nous renfermer tellement en nous-mêmes que nous n'ayons pas la liberté de suivre des exemples, et de joindre à nous des qualités utiles ou nécessaires que la nature ne nous a pas données : les arts et les sciences conviennent à la plupart de ceux qui s'en rendent capables, la bonne grâce et la politesse conviennent à tout le monde ; mais ces qualités acquises doivent avoir un certain rapport et une certaine union avec nos propres qualités, qui les étendent et les augmentent imperceptiblement.

Nous sommes quelquefois élevés à un rang et à des dignités au-dessus de nous, nous sommes souvent engagés dans une profession nouvelle où la nature ne nous avait pas destinés ; tous ces états ont chacun un air qui leur convient, mais qui ne convient pas toujours avec notre air naturel ; ce changement de notre fortune change souvent notre air et nos manières, et y ajoute l'air de la dignité, qui est toujours faux quand il est trop marqué et qu'il n'est pas joint et confondu avec l'air que la nature nous a donné : il faut les unir et les mêler ensemble et qu'ils ne paraissent jamais séparés.

On ne parle pas de toutes choses sur un même ton et avec les mêmes manières ; on ne marche pas à la tête d'un régiment comme on marche en se promenant. Mais il faut qu'un même air nous fasse dire naturellement des choses différentes, et qu'il nous fasse marcher différemment, mais toujours naturellement, et comme il convient de marcher à la tête d'un régiment et à une promenade.

Il y en a qui ne se contentent pas de renoncer à leur air propre et naturel, pour suivre celui du rang et des dignités où ils sont parvenus ; il y en a même qui prennent par avance l'air des dignités et du rang où ils aspirent. Combien de lieutenants généraux apprennent à paraître maréchaux de France ! Combien de gens de robe répètent inutilement l'air de  chancelier et combien de bourgeoises se donnent l'air de duchesses !

 

 

Accorder son air à sa pensée

Ce qui fait qu'on déplaît souvent, c'est que personne ne sait accorder son air et ses manières avec sa figure, ni ses tons et ses paroles avec ses pensées et ses sentiments ; on trouble leur harmonie par quelque chose de faux et d'étranger ; on s'oublie soi-même, et on s'en éloigne insensiblement. Tout le monde presque tombe, par quelque endroit, dans ce défaut ; personne n'a l'oreille assez juste pou entendre parfaitement cette sorte de cadence. Mille gens déplaisent avec des qualités aimables, mille gens plaisent avec de moindres talents : c'est que les uns veulent paraître ce qu'ils ne sont pas, les autres sont ce qu'ils paraissent ; et enfin, quelques avantages ou quelques désavantages que nous ayons reçus de la nature, on plaît à proportion de ce qu'on suit l'air, les tons, les manières et les sentiments qui conviennent à notre état et à notre figure, et on déplaît à proportion de ce qu'on s'en éloigne.

La Rochefoucauld, Réflexions diverses.

 

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 09:39

ARISTOTE, LA QUÊTE DE LA BONNE DÉFINITION DU BONHEUR

Réussite et bonheur ?

Honneurs et bonheur ?

Vertu et bonheur ?

Richesse et bonheur ?

 

Aristote (384-322 av JC)

 

Philosophe grec, disciple de Platon à l’Académie, puis précepteur d’Alexandre le Grand.

Il fonde, en 335 av JC, à Athènes, sa propre école de philosophie, le Lycée, également appelée école péripatéticienne.

Son œuvre a exercé une influence majeure, tant sur la science et la philosophie de l’islam à leurs débuts que sur la pensée chrétienne au moyen âge.

 

Pour Aristote, le bonheur est lié à l’action. Sa morale à cet égard est une morale eudémoniste .L'eudémonisme est une doctrine philosophique qui pose comme  principe que le bonheur est le but de la vie humaine .

Aristote considère l'action comme le moyen de s'élever, et le bonheur comme résultat de cette l'action.

 

 

 

Qu’est-ce que le bonheur ?

Puisque toute connaissance et toute décision librement prise vise quelque bien, quel est le but que nous assignons à la politique et quel est le souverain bien de notre activité ? Sur son nom du moins il y a assentiment presque général : c'est le bonheur, selon la masse et selon l'élite, qui supposent que bien vivre et réussir sont synonymes de vie heureuse ; mais sur la nature même du bonheur, on ne s'entend plus et les explications des sages et de la foule sont en désaccord. Les uns jugent que c'est un bien évident et visible, tel que le plaisir, la richesse, les honneurs ; pour d'autres la réponse est différente; et souvent pour le même individu elle varie : par exemple, malade il donne la préférence à la santé, pauvre à la richesse. Ceux qui sont conscients de leur ignorance écoutent avec admiration les beaux parleurs et leurs prétentions ; quelques-uns par contre pensent qu'en plus de tous ces biens, il en est un autre qui existe par lui-même, qui est la cause précisément de tous les autres. [...]

 

 

Chacun son bonheur

      Chacun son chemin du bonheur

 

Ce n'est pas sans quelque raison que les hommes, comme on le voit nettement, conçoivent d'après leur propre vie le bien et le bonheur. La foule et les gens les plus grossiers placent le bonheur dans le plaisir ; aussi montrent-ils leur goût pour une vie toute de jouissances. Effectivement trois genres de vie ont une supériorité marquée : celui que nous venons d'indiquer ; celui qui a pour objet la vie politique active ; enfin celui qui a pour objet la contemplation. La foule, qui, de toute évidence, ne se distingue en rien des esclaves, choisit une existence tout animale et elle trouve quelque raison dans l'exemple des gens au pouvoir qui mènent une vie de Sardanapale1. L'élite et les hommes d'action placent le bonheur dans les honneurs ; car telle est à peu près la fin de la vie politique ; mais cette fin paraît plus commune que celle que nous cherchons ; car elle a manifestement davantage rapport avec ceux qui accordent les honneurs qu'avec ceux qui les reçoivent. Mais, selon notre conjecture, le vrai bien est individuel et impossible à enlever à son possesseur.

 

Honneurs et richesse font-ils le bonheur ?

De plus il apparaît nettement que l'on ne recherche les honneurs que pour se convaincre de sa propre valeur ; du moins cherche-t-on à se faire honorer par les gens intelligents, par ceux qui vous connaissent et en se réclamant de son propre mérite. Il est donc évident qu'aux yeux de ces gens-là tout au moins le mérite est le bien supérieur. Peut-être, de préférence, pourrait-on supposer que la vertu est la fin de la vie civile ; mais il est clair qu'elle est insuffisamment parfaite ; car il n'est pas impossible, semble-t-il, que l'homme vertueux demeure dans le sommeil et l'inaction au cours de sa vie ; que, bien plus, il supporte les pires maux et les pires malheurs ; dans ces conditions, nul ne voudrait déclarer un homme heureux à moins de soutenir une thèse paradoxale. Et sur ce sujet, en voilà assez [...]. Le troisième genre de vie a pour objet la contemplation [...]. Quant à l'homme d'affaires, c'est un être hors nature et il est bien clair que la richesse n'est pas le bien suprême que nous cherchons.

Aristote, Éthique de Nicomaque.

1. Personnage légendaire d'Assyrie, le type même du prince débauché.

 

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 09:47

BIENS MAL ACQUIS : UNE DÉMENCE PRÉDATRICE (2)

La culture de l’extravagance

 

Rodrigue NGuesso

Après Teodorin, fils du président de Guinée équatoriale, Rodrigue Nguesso,  40 ans,neveu du président du Congo Brazzaville.

L’un à Paris où s’étale sa fortune de luxe incongru, l’autre en Floride, à Miami Beach, au milieu de ses villas de luxe.

Mais, l’ultra-luxe, ici et là-bas, est la marque commune qui les rassemble.

Et ils ne sont pas les seuls.

Du bon temps en Floride

La culture de l’extravagance et de l’ostentation

      Faire voir et se faire voir

Être président, c’est avant tout être pourvoyeur naturel, à vie ,de manne pour les siens, les proches et le clan.

Tout, sauf le sens de l’État et le service du peuple.

 

Villas et voitures de luxe, dépenses somptuaires

     Comptes bancaires multiples à l’étranger, Europe et  Amérique notamment, sont les principaux marqueurs sociaux

En Floride, à Miami Beach, les villas du neveu, à 2 500 000 dollars.

 

 

(source des documents : www.congo-liberty.com)

 

L’Afrique est plus que jamais malade de ses dirigeants.

 

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans AFRIQUE
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:58

BIENS MAL ACQUIS : COUPABLES ET COMPLICES (1)

Des chefs d’État africains prédateurs et leurs receleurs

 

 

L’ouverture à Paris du procès du fils du président de la Guinée équatoriale,  Teodorin( diminutif de Teodoro) Obiang 47 ans, c’est la partie émergée de l’iceberg. Chefs d’État et familles, amis et proches, ont une longue habitude de pillage des biens nationaux, cachés ou blanchis à l’étranger, ou ostensiblement étalés, au vu de tous.

Certains ne s’en cachent guère, convaincus qu’ils bénéficient, ou bénéficieront d’une impunité garantie, sinon d’une complicité certaine.

À peine ouvert le 2 janvier 2017, ce procès a été aussitôt reporté à juin 2017.

Que reproche-t-on à ce fils de président, ministre, et vice-président de son pays ?

De s’être frauduleusement enrichi par le pillage des ressources de son pays et de posséder en France un patrimoine considérable issu de ce pillage.

– un immeuble de luxe, situé avenue Foch à Paris, de 107 millions d’euro, mais plus généralement de l’ultra-luxe des plus ostentatoires : plusieurs voitures de luxe, : Porsche, Ferrari, Bugatti, voitures de course…

 

Un petit pays pauvre

La moitié de la population de ce petit pays d’Afrique centrale, généreusement doté par la nature, qui tire ses ressources des hydrocarbures, vit sous le seuil de pauvreté.

Malheureusement pour l’Afrique, Teodoro Obiang n’est pas un cas unique.

Ceux qui ont l'épiderme sensible dès qu'on évoque les carences de l'Afrique et qui rendent l'Occident responsable de tous les malheurs de ce continent lui rendraient un insigne service en réagissant face à la saignée financière qu'il subit, à son pillage systématique et continu, ainsi qu'à la spoliation des peuples par les Africains eux-mêmes comme par les étrangers. L'Afrique n'est pas pauvre, on l'appauvrit.

Il n'est nullement question d'absoudre les pays étrangers qui organisent le pillage de l'Afrique ou y participent. Mais crier unilatéralement et continuellement haro sur ces derniers masque les responsabilités internes et retarde d'autant la recherche des moyens de juguler l'hémorragie. L'enjeu essentiel, c'est investir en Afrique l'argent produit en Afrique, valoriser les richesses qui y sont également produites, afin d'assurer les conditions du développement.

 

Il est une pratique peu abordée, s'agissant de l'aide au développement, et dont l'examen permettrait cependant de constater que les ressources financières de l'Afrique aident plutôt paradoxalement à la prospérité économique des pays développés. Il s'agit des sommes colossales, massivement investies en Europe et aux États-Unis par des Africains, chefs d'État, responsables politiques de tous rangs ou personnalités privées – sommes acquises honnêtement ou non.

 

 

La fuite des capitaux

      Une maladie mortelle pour le continent

      Qui sont les responsables ?

À la mort du président du Nigeria, Sani Abacha, en 1998, et à la suite d'un accord passé entre les nouvelles autorités de ce pays et des banques européennes, afin que celles-ci restituent les sommes que le défunt président y avait déposées, les seules banques suisses ont restitué 535 millions de dollars. La fortune de l'ancien chef de l'État nigérian déposée dans les établissements financiers européens et américains est estimée à plus de trois milliards de dollars. La Suisse est régulièrement accusée d'abriter dans ses banques des fonds détournés par d'autres dirigeants africains, dont l'ancien président du Zaïre (actuel République démocratique du Congo), Mobutu.

Au palmarès des biens mal acquis et mis en lieu sûr par des responsables politiques, l'Afrique occupe un rang des plus « honorables ». "La fortune de Mobutu Sese Seko s'élevait à sa mort à plus de 8 millions de dollars. En 2006, la dette de l'ex-Zaïre, son pays, à 15 millions de dollars."(Jean Ziegler)

Comment, dans ces conditions, accorder crédit aux discours sur le développement de leur pays par des responsables africains qui organisent eux-mêmes la fuite des capitaux destinés à enrichir les pays riches ? Et comment demander aux bailleurs de venir, avec enthousiasme, prêter des fonds ou annuler la dette de pays dont les dirigeants disposent à l'étranger des fortunes parmi les plus importantes au monde ? Sommes issues pour l'essentiel de la fraude, des détournements de l'aide publique, du pillage des ressources naturelles...

La première aide qu'on puisse apporter à l'Afrique, c'est d'arrêter son pillage, par ses ressortissants d'abord, et par ceux de l'extérieur ensuite ;

[car], même approximatif, tant l'opacité est la règle, les chiffres de la Banque mondiale sont éloquents : les flux annuels de capitaux illicites avoisineraient les 1 500 milliards de dollars. La moitié fuirait les pays du Sud, soit plus de dix fois l'aide reçue des pays riches.

Pour l'expert américain Raymond Baker, « cette fuite est due pour 30 % aux détournements et à la corruption, pour 30 à 35 % à la criminalité organisée (trafic d'armes, de drogue, etc.) ; et la fraude fiscale représente les 2/3 restant. »

En cause, les firmes multinationales, notamment, qui s'arrangent pour transférer leurs profits dans leurs filiales offshores... Plus l'administration est faible, plus la facture est lourde. Le Ghana voit ainsi s'envoler 50% de son budget. Résultat : des services publics au rabais, une dépendance accrue envers l'aide internationale et un report de la charge fiscale sur les plus pauvres. (Revue Faim et Développement, décembre 2008)

 

 

Quel salut ? Quel sauveur ? Quel justicier ?

Les populations africaines sont démunies face à cette hémorragie de leurs deniers et de leurs ressources. La lutte contre la corruption et les biens mal acquis « au Sud, passe également par le Nord ». Cette évidence, ainsi que la nécessité d'une telle lutte sont comprises par le Comité catholique contre la faim (CCFD) qui interpelle les autorités françaises au moyen d'une campagne régulière, dont l'essentiel est résumé dans deux rapports d'enquête publiés en 2007 et 2009.

Le constat est le même : l'ampleur du pillage et l'importance des sommes investies à l'étranger d'une part, l'impunité, voire la complicité garantie par les pays du Nord (la France en particulier) bénéficiaires et receleurs de ces biens mal acquis d'autre part, constituent une des explications du retard du continent africain et de la pauvreté de ses populations. Le quotidien français La Croix prône ce combat, tout en révélant les mécanismes de cette fraude et de cette corruption assistées.

Il est clair que le combat doit être mené aussi de ce côté du monde. D'abord parce que cet argent noir, pour une large part, est placé dans nos banques, sur nos marchés immobiliers sans que l'on trouve à y redire. Ensuite du fait de l'origine de cet argent : il vient souvent du Nord, soit sous forme d'aides internationales, soit par l'achat de matières premières dont nos économies ont besoin.

Enfin, parce que la corruption du Sud a souvent partie liée avec celle du Nord. Il y a ainsi cette pratique dite des « rétro-commissions », où les sommes versées à des intermédiaires qui facilitent les affaires retournent en partie vers nos contrées pour des usages que la morale réprouve.

Pour ce quotidien, l'argument selon lequel la corruption n'est pas l'apanage des seuls dirigeants africains n'est pas recevable. Alors que, dans certaines régions du monde, l'Asie en particulier, on a vu que la corruption n'empêche pas le développement, en Afrique, au contraire, cette corruption enfonce des pays potentiellement riches dans la misère – la mort d'Omar Bongo, récemment, met en lumière le cas du Gabon – aucune complaisance, aucune complicité ne sont permises. (La Croix, 24 juin 2009)

 

 

L’Europe et la France jouent-elles le jeu ?

Cette analyse et cette prescription seront-elles entendues par les complices de l'intérieur et ceux de l'extérieur ? Il y va de l'avenir des États et des populations d'Afrique.

L'enquête du Comité catholique met en lumière les pratiques, mais aussi les régimes et les individus. L'Afrique s'y illustre par le nombre de ses responsables pilleurs de biens publics, de même que par l'ampleur des méfaits ainsi que par la durée des détournements.

Selon les enquêteurs Alain Dulin et Jean Merckaert, ces biens frauduleusement soustraits à leur pays sont investis en Europe ou aux Etats-Unis. En France, notamment, la partie visible de l'iceberg exhibe de précieux hôtels particuliers à Paris, voitures de luxe, jets privés...(La Croix)

Les multinationales, les banques et les paradis fiscaux installés pour la plupart dans les pays riches jouent un rôle central dans l'organisation du système des biens mal acquis. Aucune action ne semble avoir été entreprise à l’encontre des banques françaises dont il est pourtant démontré que leurs succursales à Londres et en Suisse détenaient des comptes du général nigérian Abacha, mentionne le rapport du CCFD.

Le même rapport relève que seuls 1 à 4 % des avoirs détournés ont été restitués aux pays volés (par leurs dirigeants). Rien n'indique que la restitution intégrale des biens détournés soit effective dans un avenir proche. Les voix qui s'élèvent, les réclamations exprimées en faveur de la saisie de tels biens se sont jusque-là heurtées à un mur de silence, et sont vite étouffées par la justice. Tel est le cas en France où, depuis deux ans, le ministère de la Justice tente aussi d'empêcher un procès sur les biens mal acquis qui mettent en cause (les présidents) Denis Sassou Nguesso du Congo, Theodoro Obiang de Guinée équatoriale et le défunt Omar Bongo du Gabon.

A ce jour, la Suisse est le seul pays qui semble prêter l'oreille aux appels des associations et nationaux africains à restituer aux Etats concernés les sommes détournées par leurs dirigeants, dans l'espoir qu'elles soient investies à des fins de développement et de changement de régime dans les pays spoliés.

En matière de restitution de biens frauduleusement acquis, l'attitude de la France ne manque pas d'ambiguïté. Premier pays au monde à plaider dans les forums mondiaux pour un accroissement de l'aide à l'Afrique (tout particulièrement sous la présidence de Jacques Chirac) et de la lutte contre le blanchiment de l'argent sale, la France est la dernière lorsqu'il s'agit de saisir, confisquer ou restituer les biens volés aux populations africaines par leurs responsables. Or la restitution de ces biens, assortie de conditions rigoureusement définies de leur investissement dans des actions de développement, constituerait aussi un moyen pour l'Afrique d'assurer le financement sur fonds propres de son développement, en dehors de l'aide internationale classique. Ce qui dispenserait de tous ces forums mondiaux consacrés à l'aide à l'Afrique et à la dette africaine à l'égard des pays riches, organisés à grands frais.

D'une manière plus générale, les transferts de fonds du Sud vers le Nord pourraient également inspirer une réflexion sur le meilleur moyen d'aider l'Afrique.

(Source : Tidiane Diakité, 50 ans après, l’Afrique, Arléa)

 

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans AFRIQUE
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 10:16

VISITEURS DU BLOG

À TOUTES ET À TOUS

 

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2017

NB : Un nouvel article toutes les fins de semaine pour

Communiquer

Échanger

Vos réflexions et/ou commentaires  sont les bienvenus

Il y a tant à apprendre les uns des autres !

                                                                                   T.D.

 

 

 

 

Et en cadeau les superbes vœux de Jacques Brel

 

 

 

Repost 0
Published by tidiak - dans PONCTUEL
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 08:23

CONDORCET, PIONNIER DE LA LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES

 

Hommes, femmes, pour l’égalité des droits naturels, civiques et civils

Condorcet (Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de) 1743-1794.

Condorcet, mathématicien, économiste, philosophe et homme politique français. Il entre en campagne pour l’égalité des sexes et pour tous les droits aux femmes, campagne qu’il mène sans répit jusqu’à la fin de ses jours.

Pour lui, le moyen le plus sûr pour garantir cette égalité, c’est d’assurer à tous les enfants, sans distinction de sexe, l'instruction et une éducation publique de qualité. Ses premiers écrits de militant des droits des femmes sont publiés en 1787. (Deux ans avant le début de la Révolution).

Condorcet est convaincu (il le souligne dans ses écrits), qu’une société où cette égalité n’est pas assurée est une société bancale, qui se prive à terme de progrès et se condamne à la médiocrité.

Il élabora un plan grandiose de l’organisation de l’instruction publique ainsi qu’un projet de Constitution qui ne furent pas retenus.

 

L'habitude peut familiariser les hommes avec la violation de leurs droits naturels, au point que, parmi ceux qui les ont perdus, personne ne songe à les réclamer, ne croie avoir éprouvé une injustice.

Il est même quelques-unes de ces violations qui ont échappé aux philosophes et aux législateurs lorsqu'ils s'occupaient avec le plus de zèle d'établir les droits communs des individus de l'espèce humaine, et d'en faire le fondement unique des institutions politiques.

Par exemple, tous n'ont-ils pas violé le principe de l'égalité des droits en privant tranquillement la moitié du genre humain de celui de concourir à la formation des lois, en excluant les femmes du droit de cité ? Est-il une plus forte preuve du pouvoir de l'habitude, même sur les hommes éclairés, que de voir invoquer le principe de l'égalité des droits en faveur de trois ou quatre cents hommes qu'un préjugé absurde en avait privés, et l'oublier à l'égard de douze millions de femmes ? [...]

 

Pourquoi les hommes plus que les femmes ?

Il serait difficile de prouver que les femmes sont incapables d'exercer les droits de cité. Pourquoi des êtres exposés à des grossesses et à des indispositions passagères ne pourraient-ils exercer des droits dont on n'a jamais imaginé de priver les gens qui ont la goutte tous les hivers et qui s'enrhument aisément ? En admettant dans les hommes une supériorité d'esprit qui ne soit pas la suite nécessaire de la différence d'éducation (ce qui n'est rien moins que prouvé, et ce qui devrait l'être, pour pouvoir, sans injustice, priver les femmes d'un droit naturel), cette supériorité ne peut consister qu'en deux points. On dit qu'aucune femme n'a fait de découverte importante dans les sciences, n'a donné de preuves de génie dans les arts, dans les lettres, etc. ; mais sans doute on ne prétendra point n'accorder le droit de cité qu'aux seuls hommes de génie. On ajoute qu'aucune femme n'a la même étendue de connaissances, la même force de raison que certains hommes ; mais qu'en résulte-t-il, qu'excepté une classe peu nombreuse d'hommes très éclairés, l'égalité est entière entre les femmes et le reste des hommes ; que cette petite classe mise à part, l'infériorité et la supériorité se partagent également entre les deux sexes. Or, puisqu'il serait complètement absurde de borner à cette classe supérieure le droit de cité, et la capacité d'être chargé de fonctions publiques, pourquoi en exclurait-on les femmes plutôt que ceux des hommes qui sont inférieurs à un grand nombre de femmes ? [...]

 

Des droits aux seuls lettrés et savants ?

Les femmes sont supérieures aux hommes dans les vertus douces et domestiques ; elles savent, comme les hommes, aimer la liberté, quoiqu'elles n'en partagent point tous les avantages ; et, dans les républiques, on les a vues souvent se sacrifier pour elle : elles ont montré les vertus de citoyen toutes les fois que le hasard ou les troubles civils les ont amenées sur une scène dont l'orgueil et la tyrannie des hommes les ont écartées chez tous les peuples.

On a dit que les femmes, malgré beaucoup d'esprit, de sagacité, et la faculté de raisonner portée au même degré que chez de subtils dialecticiens, n'étaient jamais conduites par ce qu'on appelle la raison.

Cette observation est fausse : elles ne sont pas conduites, il est vrai, par la raison des hommes, mais elles le sont par la leur. [...]

On a dit que les femmes, quoique meilleures que les hommes, plus douces, plus sensibles, moins sujettes aux vices qui tiennent à l'égoïsme et à la dureté du cœur, n'avaient pas proprement le sentiment de la justice ; qu'elles obéissaient plutôt à leur sentiment qu'à leur conscience. Cette observation est plus vraie, mais elle ne prouve rien : ce n'est pas la nature, c'est l'éducation, c'est l'existence sociale qui causent cette différence. Ni l'une ni l'autre n'ont accoutumé les femmes à l'idée de ce qui est juste, mais à celle de ce qui est honnête. Éloignées des affaires, de tout ce qui se décide d'après la justice rigoureuse, d'après des lois positives, les choses dont elles s'occupent, sur lesquelles elles agissent, sont précisément celles qui se règlent par l'honnêteté naturelle et par le sentiment. Il est donc injuste d'alléguer, pour continuer de refuser aux femmes la jouissance de leurs droits naturels, des motifs qui n'ont une sorte de réalité que parce qu'elles ne jouissent pas de ces droits.

Si on admettait contre les femmes des raisons semblables, il faudrait aussi priver du droit de cité la partie du peuple qui, vouée à des travaux sans relâche, ne peut ni acquérir des lumières ni exercer sa raison, et bientôt, de proche en proche, on ne permettrait d'être citoyens qu'aux hommes qui ont fait un cours de droit public Si on admet de tels principes, il faut, par une conséquence nécessaire, renoncer à toute constitution libre.

Condorcet, Sur l’admission des femmes au droit de cité, 3 juillet 1790.

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans SOCIETE
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 09:21

 

VOLTAIRE : L’ORIGINE DE L’ESCLAVAGE DES HOMMES

 

 

L’esclavage, différence essentielle entre l’animal et l’homme

 

François Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778)

Écrivain français, un des célèbres philosophes des Lumières (XVIIIe siècle).

Célèbre pour ses campagnes et ses luttes incessantes contre l’arbitraire, en faveur des victimes d’erreurs judiciaires et pour la liberté d’expression

 

Égalité

Que doit un chien à un chien, et un cheval à un cheval ? Rien, aucun animal ne dépend de son semblable ; mais, l'homme ayant reçu le rayon de la Divinité qu'on appelle raison, quel en est le fruit ? C'est d'être esclave dans presque toute la terre. Si cette terre était ce qu'elle semble devoir être, c'est-à-dire si l'homme y trouvait partout une subsistance facile et assurée, et un climat convenable à sa nature, il est clair qu'il eût été impossible à un homme d'en asservir un autre. Que ce globe soit couvert de fruits salutaires ; que l'air qui doit contribuer à notre vie ne nous donne point les maladies et la mort ; que l'homme n'ait besoin d'autre logis et d'autre lit que celui des daims et des chevreuils : alors les Gengis-Khan et les Tamerlan n'auront de valets que leurs enfants, qui seront assez honnêtes gens pour les aider dans leur vieillesse.

Dans cet état si naturel dont jouissent tous les quadrupèdes, les oiseaux et les reptiles, l'homme serait aussi heureux qu'eux, la domination serait alors une chimère, une absurdité à laquelle personne ne penserait ; car pourquoi chercher des serviteurs quand vous n'avez besoin d'aucun service ?

S'il passait par l'esprit à quelque individu à tête tyrannique et à bras nerveux d'asservir son voisin moins fort que lui, la chose serait impossible : l'opprimé serait à cent lieues avant que l'oppresseur eût pris ses mesures.

 

Le besoin crée la domination de l’homme pour l’homme

Tous les hommes seraient donc nécessairement égaux s'ils étaient sans besoins. La misère attachée à notre espèce subordonne un homme à un autre homme ; ce n'est pas l'inégalité qui est un malheur réel, c'est la dépendance. Il importe fort peu que tel homme s'appelle Sa Hautesse, tel autre Sa Sainteté ; mais il est dur de servir l'un ou l'autre.

Une famille nombreuse a cultivé un bon terroir ; deux petites familles voisines ont des champs ingrats et rebelles : il faut que les deux pauvres familles servent la famille opulente, ou qu'elles l'égorgent, cela va sans difficulté. Une des deux familles indigentes va offrir ses bras à la riche pour avoir du pain ; l'autre va l'attaquer et est battue. La famille servante est l'origine des domestiques et des manœuvres ; la famille battue est l'origine des esclaves.

Il est impossible, dans notre malheureux globe, que les hommes vivant en société ne soient pas divisés en deux classes, l'une de riches qui commandent, l'autre de pauvres qui servent ; et ces deux se subdivisent en mille, et ces mille ont encore des nuances différentes.

Tous les pauvres ne sont pas absolument malheureux. La plupart sont nés dans cet état, et le travail continuel les empêche de trop sentir leur situation ; mais, quand ils la sentent, alors on voit des guerres, comme celle du parti populaire contre le parti du Sénat à Rome ; celle des paysans en Allemagne, en Angleterre, en France. Toutes ces guerres finissent tôt ou tard par l'asservissement du peuple, parce que les puissants ont l'argent, et que l'argent est maître de tout dans un État : je dis dans un État, car il n'en est pas de même de nation à nation. La nation qui se servira le mieux du fer subjuguera toujours celle qui aura plus d'or et moins de courage.

L’égalité et la solidarité, un idéal pour une société idéale

Tout homme naît avec un penchant assez violent pour la domination, la richesse et les plaisirs, et avec beaucoup de goût pour la paresse : par conséquent tout homme voudrait avoir l'argent, et les femmes ou les filles des autres, être leur maître, les assujettir à tous ses caprices, et ne rien faire, ou du moins ne faire que des choses très agréables. Vous voyez bien qu'avec ces belles dispositions il est aussi impossible que les hommes soient égaux qu'il est impossible que deux prédicateurs ou deux professeurs de théologie ne soient pas jaloux l'un l'autre. Le genre humain, tel qu'il est, ne peut subsister, à moins qu'il n'y ait une infinité d'hommes utiles qui ne possèdent rien du tout ; car, certainement, un homme ne quittera pas sa terre pour venir labourer la vôtre ; et, si vous avez besoin d'une paire de souliers, ce ne sera pas un maître des requêtes qui vous la fera. L'égalité est donc à la fois la chose la plus naturelle et en même temps la plus chimérique.

Comme les hommes sont excessifs en tout quand ils le peuvent, on a outré cette inégalité ; on a prétendu dans plusieurs pays qu'il n'était pas permis à un citoyen de sortir de la contrée où le hasard l'a fait naître ; le sens de cette loi est visiblement : « Ce pays est si mauvais et si mal gouverné que nous défendons à chaque individu d'en sortir, de peur que tout le monde n'en sorte ». Faites mieux : donnez à tous vos sujets envie de demeurer chez vous, et aux étrangers d'y venir.

Chaque homme, dans le fond de son cœur, a droit de se croire entièrement égal aux autres hommes ; il ne s'ensuit pas de là que le cuisinier d'un cardinal doive ordonner à son maître de lui faire à dîner ; mais le cuisinier peut dire : « Je suis homme comme mon maître, je suis né comme lui en pleurant ; il mourra comme moi dans les mêmes angoisses et les mêmes cérémonies. Nous faisons tous deux les mêmes fonctions animales. Si les Turcs s'emparent de Rome, et si alors je suis cardinal et mon maître cuisinier, je le prendrai à mon service. » Tout ce discours est raisonnable et juste ; mais, en attendant que le Grand Turc s'empare de Rome, le cuisinier doit faire son devoir, ou toute société humaine est pervertie. À l'égard d'un homme qui n'est ni cuisinier d'un cardinal ni revêtu d'aucune autre charge dans l'État ; à l'égard d'un particulier qui ne tient à rien, mais qui est fâché d'être reçu partout avec l'air de la protection ou du mépris, qui voit évidemment que plusieurs « monsignori » n'ont ni plus de science, ni plus d'esprit, ni plus de vertu que lui, et qui s'ennuie d'être quelquefois dans leur antichambre, quel parti doit-il prendre ? Celui de s'en aller.

Voltaire « Égalité », dictionnaire philosophique

 

Repost 0
Published by Tidiak - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article